antre

antre [ ɑ̃tr ] n. m.
XVe; lat. d'o. gr. antrum « creux »
1Littér. Caverne, grotte (spécialt servant de repaire à une bête fauve). Loc. (allus. à la fable de La Fontaine) C'est l'antre du lion, se dit d'un lieu d'où on ne peut guère espérer sortir une fois qu'on y est entré.
Fig. Lieu inquiétant et mystérieux. Une âme « perdue dans les antres de la cabale » (Hugo). Lieu où l'on aime se retirer (pour travailler, etc.). Se réfugier dans son antre.
2(1751) Anat. Nom donné à certaines cavités naturelles. Antre mastoïdien.
⊗ HOM. Entre.

antre nom masculin (latin antrum, du grec antron) Littéraire Excavation naturelle, qui peut servir d'abri aux hommes ou aux animaux. Repaire de fauve : L'antre du tigre. Lieu, pièce où on s'isole des autres pour pouvoir travailler, réfléchir, lire. Lieu obscur et mystérieux ou dangereux du fait de ceux qui le fréquentent ou l'habitent : L'antre des conspirateurs. Nom donné, par analogie de forme, à certaines cavités de l'organisme. ● antre (citations) nom masculin (latin antrum, du grec antron) Littéraire Jean de La Fontaine Château-Thierry 1621-Paris 1695 […] mais dans cet antre Je vois fort bien comme l'on entre, Et ne vois pas comme on en sort. Fables, le Lion malade et le Renard antre (homonymes) nom masculin (latin antrum, du grec antron) Littéraire entre préposition entre forme conjuguée du verbe entrer entrent forme conjuguée du verbe entrer entres forme conjuguée du verbe entrerantre (synonymes) nom masculin (latin antrum, du grec antron) Littéraire Excavation naturelle, qui peut servir d'abri aux hommes ou aux...
Synonymes :
- tanière

antre
n. m.
d1./d Cavité naturelle, souterraine, servant de repaire à un animal, spécial. à un fauve.
|| Plaisant Habitation d'une personne un peu sauvage, qui s'entoure de mystère. Allons le déranger dans son antre!
d2./d ANAT Cavité naturelle de divers organes du corps humain. Antre pylorique, mastoïdien.

⇒ANTRE, subst. masc.
A.— Cavité naturelle enfoncée profondément dans la terre ou dans le roc. Synon. grotte, caverne :
1. À leurs yeux [des amants] tout est pur comme leur âme est pure.
Leur asile est plus beau que toute la nature. La grotte favorable à leurs embrassements
D'âge en âge est un temple honoré des amants.
Ô rives du Pénée, antres, vallons, prairies,
Lieux qu'Amour a peuplés d'antiques rêveries;
Vous, bosquets d'Anio, vous, ombrages fleuris,
Dont l'épaisseur fut chère aux nymphes du Liris;
CHÉNIER, Élégies, Les Amours, 1794, p. 95.
P. anal. Cavité, trou, abîme. Antre de la cheminée, de l'orchestre, de la gueule d'une bête; antre de l'océan, des ténèbres.
ANAT. Nom donné à certaines cavités de l'organisme (antre pylorique), surtout osseuses (antre mastoïdien, antre d'Highmore...). Cf. Méd. Biol. t. 1 1970.
SYNT. Antre obscur; vivre, se retirer, se réfugier dans un ou dans son antre; au fond d'un antre.
1. Cavité, etc., servant de gîte à certains animaux féroces ou fabuleux. Antre de l'ours, du sphinx, du monstre. Synon. caverne, grotte, tanière, repaire.
P. ext., péj.
a) Lieu sordide :
2. Voyez cet homme : il est né par hasard, par malheur, dans un taudis, dans un bouge, dans un antre, on ne sait où, on ne sait de qui. Il est sorti de la poussière pour tomber dans la boue. Il n'a eu de père et de mère que juste ce qu'il en faut pour naître.
HUGO, Napoléon le Petit, 1852, p. 190.
b) Lieu redoutable :
3. La cour étoit séante à Westminster. Charles parut dans cet antre de mort au milieu de ses assassins avec les cheveux blancs de l'infortune et la sérénité de l'innocence.
CHATEAUBRIAND, Essai sur les Révolutions, t. 2, 1797, p. 188.
2. ANTIQ. Cavité etc. servant de demeure à certains dieux, à certains personnages de la mythologie ou de l'histoire ancienne. Antre de la sibylle (de Cumes), de Vulcain, du cyclope :
4. On faisait naître Mithra dans une grotte, Bacchus et Jupiter dans un antre, et Christ dans une étable. C'est un parallele qu'a fait saint Justin lui-même. Ce fut, dit-on, dans une grotte que Christ reposait lorsque les mages vinrent l'adorer.
DUPUIS, Abr. de l'orig. de tous les cultes, 1796, p. 318.
3. Cavité, etc., servant de cachette, de refuge ou de thébaïde. Antre d'Ali-Baba, des voleurs :
5. Où fuir? ... Où porter ma honte et mes remords? Errant depuis le matin dans ces montagnes, je cherche en vain un asyle, qui puisse dérober ma tête au supplice... Je n'ai point trouvé d'antre assez obscur, de caverne assez profonde pour ensevelir mes crimes.
GUILBERT DE PIXÉRÉCOURT, Cœlina, 1801, 3, 1, p. 42.
6. On voit des restes de chapelles ou de temples, des colonnes encore debout, sur la roche : on dirait une ruche d'hommes abandonnée. Les Arabes disent que ce sont les chrétiens de Damas qui ont creusé ces antres. Je pense en effet que c'est là une de ces thébaïdes où les premiers chrétiens se réfugièrent dans les temps de cénobitisme ou de persécution.
LAMARTINE, Voyage en Orient, t. 2, 1835, p. 199.
P. ext. Lieu intime et silencieux, propre au travail et au repos. Antre d'un bureau; bibliothèque (Flaubert, Colette) :
7. Vous n'êtes jamais venue à Croisset. Il faut que vous connaissiez mon vrai domicile, mon antre.
FLAUBERT, Correspondance, 1878, p. 138.
8. Roi, je pense à la vieille, une vieille femme, pauvrette et ancienne comme la mère de Villon, chez qui j'avais trouvé un refuge, un lieu inaccessible aux rats, quelques mètres cubes de silence, un antre de solitude, et, là-dedans, un lit...
J. et J. THARAUD, Une Relève, 1919, p. 60.
4. Local ou pièce d'habitation dans laquelle une personne se livre à des occupations mystérieuses et inquiétantes. Antre de Faust, du sorcier, de l'usurier, antres maçonniques de Paris.
B.— P. métaph. ou au fig. [Suivi d'un adj. ou d'un compl. déterminatif abstr.] Lieu (fig.) d'activités suspectes :
9. Vous êtes moins brumeux, moins noirs, moins ignorés,
Vous êtes moins profonds et moins désespérés
Que le destin, cet antre habité par nos craintes,
Où l'âme entend, perdue en d'affreux labyrinthes,
Au fond, à travers l'ombre, avec mille bruits sourds,
Dans un gouffre inconnu tomber le flot des jours!
HUGO, Les Rayons et les ombres, 1840, p. 1058.
SYNT. Antre du notariat, de la chicane, de l'anarchie, de la politique, du paganisme, du néant, du crime, du sacrilège, de la haine, de la trahison, de la corruption, de la perdition; antre ministériel.
PRONONC. — 1. Forme phon. :[]. Enq. ://. 2. Homon. : entre (prép. et 3e pers. du sing. du prés. du verbe entrer).
ÉTYMOL. ET HIST. — XVe s. « caverne, grotte naturelle » (O. DE SAINCT-GELAYS, 2o liv. de l'Enéide, 16 v°, éd. 1540 d'apr. Delboulle ds R. hist. litt. Fr., t. 2, p. 116 : Et de rechef se remussoient au ventre [du cheval de bois] Comme larron faict au spelunque ou antre); empl. au fém. par Vauquelin de la Fresnaye (HUG.), noté comme masc. dep. COTGR. 1611; 1751 spéc. anat. (Encyclop.).
Empr. au lat. antrum « antre, creux » (VIRGILE, Ecl., 5, 6 ds TLL s.v., 192, 41); au sens anat. (IIe s., TERENTIANUS MAURUS, 133, ibid., 192, 31).
STAT. — Fréq. abs. littér. :666. Fréq. rel. littér. : XIXe s. : a) 1 415, b) 1 825; XXe s. : a) 607, b) 280.
BBG. — BONNAIRE 1835. — DAINV. 1964. — DAIRE 1759. — GOTTSCH. Redens. 1930, p. 452. — Gramm. t. 1 1789. — GUIZOT 1864. — Lar. méd. 1970. — LITTRÉ-ROBIN 1865. — Méd. 1966. — Méd. Biol. t. 1 1970. — NOTER-LÉC. 1912. — NYSTEN 1824. — PIERREH. 1926. — PIERREH. Suppl. 1926.

antre [ɑ̃tʀ] n. m.
ÉTYM. XVe; du lat. antrum « creux », grec antron.
1 Littér. Caverne, grotte profonde, dans la terre ou le roc.
1 Je remplis de ton nom (France) les antres et les bois.
Du Bellay, les Regrets, IX (1557).
Cavité servant d'abri ou de demeure (à propos de personnages de la mythologie ou de l'histoire ancienne, d'animaux fabuleux). || L'antre de la Sibylle, à Cumes. || L'antre du Cyclope. || L'antre du Sphynx.
Gîte habituel (d'une bête fauve). Liteau, repaire, tanière. || L'antre d'un ours.
2 (…) le roi des animaux,
Qui dans son antre était malade,
(…) dans cet antre
Je vois fort bien comme l'on entre,
Et ne vois pas comme on en sort.
La Fontaine, Fables, VI, 14.
Loc. (Par allus. à la fable de La Fontaine). C'est l'antre du lion, un lieu où il est dangereux d'entrer.
2 Par métaphore ou fig. Lieu inquiétant, mystérieux, dangereux, en raison de ceux qui l'habitent.
3 Ce mot (antre) offre presque toujours à la pensée quelque chose de sombre, d'affreux et de redoutable soit par la nature même de la chose, soit par ce qui s'y passe, soit par ce qui l'habite.
Lafaye, Dict. des synonymes, Caverne…, antre…
4 Le tyran est doublé du valet; et le monde
Va de l'antre du fauve à l'auge de l'immonde.
Hugo, la Légende des siècles, XX, 2, « Rois et Peuples. »
5 (…) comme une âme aventurée dans le vestibule de l'enfer, perdue dans les antres de la cabale, tâtonnant dans les ténèbres des sciences occultes.
Hugo, Notre-Dame de Paris, IV, V.
Iron. et vx. || L'antre de la chicane : le palais de Justice.
Par ext. Lieu obscur, ou, par plais., pièce où l'on se retire (pour travailler, etc.). || Aimer se réfugier dans son antre.
6 M. Achille installa son petit-fils dans son bureau particulier, antre obscur, encombré de registres centenaires.
A. Maurois, Bernard Quesnay, IV.
Vieilli. Logement, lieu sordide, misérable.
7 L'air et le jour arrivent à cette espèce d'antre humide par le haut de la porte.
Balzac, Eugénie Grandet, éd. 1838, p. 26.
3 (1751). Anat. Nom donné à certaines cavités naturelles. || Antre mastoïdien. || Antre pylorique.
HOM. Entre (prép.); formes du v. entrer.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • antre — ANTRE. s. m. Caverne, grotte faite par la nature. Antre obscur. Antre profond. Se cacher dans un antre. L antre du Lion. L antre de la Sibylle …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • Antre — An tre, n. [F. antre, L. antrum, fr. Gr. ?.] A cavern. [Obs.] Shak. [1913 Webster] …   The Collaborative International Dictionary of English

  • antre — ANTRÉ s.n. v. antreu. Trimis de LauraGellner, 13.09.2007. Sursa: DN  ANTRE pref. între . (< fr. entre , lat. inter) Trimis de raduborza, 15.09.2007. Sursa: MDN …   Dicționar Român

  • antre — cantre chantre diantre …   Dictionnaire des rimes

  • ANTRE — n. m. Caverne, grotte naturelle. Antre obscur. Antre profond. Se cacher dans un antre. L’antre d’un lion. L’antre de la Sibylle. Fig., C’est l’antre du lion, Lieu où il est dangereux d’entrer, d’où l’on n’est pas sûr de sortir. On dit aussi… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • ANTRE — s. m. Caverne, grotte naturelle. Antre obscur. Antre profond. Se cacher dans un antre. L antre d un lion. L antre de la sibylle. Fig., C est l antre du lion, se dit D un lieu où il est dangereux d entrer, d où l on n est pas sûr de sortir …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • Antre — Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Sur les autres projets Wikimedia : « Antre », sur le Wiktionnaire (dictionnaire universel) Un antre peut être : une cavité naturelle,… …   Wikipédia en Français

  • antre — (an tr ) s. m. 1°   Caverne, grotte naturelle profonde et obscure. •   Ces antres, ces trépieds qui rendent les oracles, VOLT. Oedipe, II, 5. 2°   Fig. Les antres de la police, de l inquisition. 3°   Terme d anatomie. Nom donné à certaines… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • antre — noun Etymology: French, from Latin antrum Date: 1604 cave 1 …   New Collegiate Dictionary

  • antre — /an teuhr/, n. a cavern; cave. [1595 1605; < MF < L antrum. See ANTRUM] * * * …   Universalium

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.